Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Right to Grow (R2G), le Centre pour la Gouvernance Économique et la Responsabilisation en Afrique (CEGAA), basé en Afrique du Sud, en collaboration avec le Réseau de la Société civile pour la Nutrition RESONUT Burkina et ses partenaires du Mali a organisé du 02 au 05 novembre 2021, à Ouagadougou, une session de renforcement des capacités de 32 acteurs de la société civile du Mali et du Burkina-Faso sur l’analyse, le suivi et le plaidoyer budgétaires pour la nutrition, la sécurité alimentaire et le Wash. Il s’agit du Groupe de Suivi Budgétaire (GSB), de World Vision, de OMES, de AMADECOM, de Stop Sahel d’Action contre la Faim Mali-Espagne de Save the Children International, d’Action contre la Faim (ACF) Burkina Faso, The Hunger Project Burkina, de l’Association Monde Rural et du RESONUT.  

L’objectif de la session est d’outiller les participants afin qu’ils soient aptes à conduire des analyses budgétaires et suivre l’exécution des budgets communaux, régionaux et nationaux. La session a été facilitée par Etienne YEMEK et Joshua KARUME de CEGAA.

Quatre jours durant, les participants, se sont familiarisés avec les concepts et outils clés du suivi et de l’analyse budgétaire des ressources et dépenses publiques. Ils ont également renforcé leur connaissances sur le processus budgétaire d’un pays ; la pertinence et l’importance d’élaborer et de s’engager dans le plaidoyer budgétaire.

 

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée de trois interventions : le mot de bienvenue de la Présidente du Conseil d’Administration (PCA) du RESONUT, Madame Valentine BAKYONO, l’allocution de Joshua KARUME de CEGAA et le discours d’ouverture prononcé par Hubert OUEDRAOGO de Save the Children International, lead du consortium R2G au niveau du Burkina Faso.

 Au cours de la cérémonie d’ouverture, Valentine BAKYONO, s’est tout d’abord réjouit de la tenue de cette session internationale de renforcement des capacités à Ouagadougou, première du genre en Afrique de l’Ouest dans le cadre de « rigth to grow ». Elle a ensuite exhorté tous les participants à une assiduité et à une participation active afin de faire siennes les connaissances qui seront acquises au profit des différentes organisations engagées dans la lutte contre la malnutrition sous toutes ses formes.

Mohamed Baboye DIA , chef de projet plaidoyer multisectoriel  R2G du Mali,  a laissé entendre que cet atelier est surtout un cadre d’échanges sur les bonnes pratiques et d’expériences entre le Mali et le Burkina Faso en matière d’analyse de suivi et de plaidoyer budgétaire et que les connaissances acquises seront partagées avec les acteurs locaux du Mali afin que les objectifs R2G soient atteints.

Orkiatou ZAMPOU, Coordonnatrice du consortium R2G à Save The Children Burkina Faso a confié que cette formation au-delà de favoriser la rencontre des partenaires du Mali, du Burkina et d’Afrique du Sud, a permis aux membres du consortium de renforcer davantage leurs capacités sur les acteurs du budget, la nomenclature budgétaire et les techniques de plaidoyer. Ce qui donne avec plus de précisions des idées d’analyse de suivi et plaidoyer budgétaire.

Pour Joshua KARUME, Chercheur senior et consultant du Centre pour la gouvernance et la responsabilité économiques en Afrique (CEGAA) cet atelier répond à l’impérieuse nécessité d’accroître la participation, la transparence et la redevabilité dans le cadre de l’information et le suivi de la performance des dépenses publiques qui a gagné en popularité au cours de la dernière décennie. CEGAA jugé nécessaire de renforcer les capacités et d’accroitre la maîtrise des compétences des parties prenantes de R2G pour qu’elles soient à mesure d’utiliser le BMET (Budget Monitoring and Expenditure Tracking ou suivi budgétaire et des dépenses en français) comme outil de redevabilité sociale et budgétaire et pour combler les insuffisances de compréhension et d’analyses budgétaires au niveau national, régional, provincial et même communale ainsi que les enjeux des prestations de services au niveau communautaire.

Il ressort satisfait quant au haut niveau de maturité, de compétences et de connaissances le BMET des participants et a laissé percevoir sa certitude sur le fait que les enseignements de cette session permettront d'approfondir les connaissances et de stimuler le travail de collaboration entre les participants en ce qui concerne les activités BMET qui sont en cours dans les deux pays.

Cette session de formation s’inscrit dans la dynamique du programme Right To Grow dont l’objectif est de contribuer au renforcement des capacités des organisations de la société civile (OSC) et des différents acteurs afin qu’ils puissent jouer un rôle actif dans le plaidoyer et le suivi budgétaire, pour une meilleure qualité de la fourniture de services (Nutrition, WASH) au niveau local. C’est un programme qui vise à faire en sorte qu’aucun enfant ne soit malnutri à travers six (6) pays dans le monde dont le Burkina Faso et le Mali. Au niveau du Burkina Faso, il est mis en œuvre par un consortium de 6 organisations : Save the Children International (SCI), lead du consortium, Action contre la Faim, The Hunger Project (THP), the Center for Economic Gouvernance and Accountability in Africa (CEGAA), le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT) et l’Association Monde Rural (AMR).

 

Béatrice KABORE

Youmali KOANARI