Fonds de plaidoyer décentralisé

Région de l’Est

L’Association d'Appui et de Promotion Rurale du Gulmu (APRG) met en œuvre, depuis Mars 2020 le projet « faisons de la nutrition une priorité » financé par le RESONUT et ses partenaires dans le cadre du Fonds de plaidoyer décentralisé dans cinq régions prioritaires du Burkina Faso. Dans le but d’atteindre l’objectif du projet qui est d’améliorer l’intégration de la nutrition dans les politiques locales de développement, des séances de sensibilisation ont été initiées.  Neuf animateurs, des associations Tin-Tua, APRG, TinNuali et Buaminyaba, toutes membres du RESONUT, ont bénéficié de deux jours de renforcement de capacités en mobilisation communautaire et plaidoyer pour la nutrition. C’était les 7 et 8 Avril 2020 à Fada N’Gourma.

Au cours des deux jours de formation, les facilitateurs ont utilisé plusieurs méthodes de communication pour transférer leurs compétences aux participants. Le Co-facilitateur, DIMA Salam, a commencé par une brève présentation du projet afin de permettre aux animateurs de se l’approprier. Un aperçu des généralités sur la malnutrition, du contexte de la malnutrition dans la région de l’Est et de l’état des lieux des politiques publiques en matière de nutrition a ensuite été présenté par le facilitateur YONLI Dieyabidi. Cette présentation a amélioré le niveau de connaissance des participants sur la malnutrition notamment ses causes, ses conséquences, les barrières persistantes dans la région de l’Est ainsi que les actions menées sur le terrain. L’amère constat est que « la question de la nutrition n’est pas prise en compte dans les Plans Locaux de Développement (PLD) des différentes communes » a confié le formateur.

Le plaidoyer a occupé une place de choix dans cette session de formation.  Les techniques pour convaincre les élus locaux à intégrer des actions de nutrition lors de l’élaboration des PLD ont été enseignées aux animateurs. Un exposé sur des exemples concrets d’interventions de nutrition à proposer aux élus locaux et leaders communautaires, tirés de la Politique Nationale de Nutrition (PNN), a été fait. Dima Salam, le co-facilitateur de la session, a fait un rappel des techniques d’animation aux animateurs pour leur permettre de se rappeler les bons réflexes, les bonnes attitudes et les bonnes approches en matière de mobilisation communautaires. Les qualités d’un animateur, les étapes d’une animation ainsi que les différentes techniques d’animation ont été discuté lors des travaux de groupe.

Ces deux jours de formation ont été plus que bénéfiques pour les animateurs. Ils ont salué cette initiative qui leur a apporté de nouvelles connaissances et diverses approches pour conduire des séances de sensibilisation et de plaidoyer avec les élus locaux et leaders communautaires.

NIADA Amadou, animateur/APRG à Diabo, très satisfait de la session, nous a confié qu’en faisant une présentation des généralités sur la malnutrition, le contexte de la malnutrition dans la région de l’Est et l’état des lieux des politiques publiques en matière de nutrition, le formateur lui a grandement ouvert les yeux et son niveau de connaissance sur la thématique s’est nettement amélioré.  NABA Amina de Todiyaba / Gayéri, est une animatrice sur laquelle le projet peut désormais compter. Nantie de nouvelles connaissances, elle se dit très déterminée pour défendre la cause de la nutrition dans sa région : « Après une si riche formation, je me suis appropriée du projet et je m’engage à accompagner les élus locaux et leaders communautaires afin qu’ils puissent inscrire des actions et un budget nutrition dans les plans de développement de leurs communes respectives ».

Les formateurs de leur côté sont confortés quant à l’œuvre utile réalisée : « Les participants ont compris que le plaidoyer au niveau local est une approche légale et appropriée pour atteindre l’intégration des questions de nutrition dans les PLD. Ils ont été outillés sur les techniques de formulation d’un argumentaire de plaidoyer et de la présentation d’une proposition afin d’influencer les politiques locales de gouvernance. Ils ont réellement pris conscience des effets de la malnutrition persistante au sein des communautés ».

Dans ce contexte du covid-19, APGR a pris toutes les dispositions afin d’assurer la protection des participants. Le lavage des mains, la distanciation sociale, le port de cache-nez ont été bien respectés.

La région de l’Est fait partie des cinq (5) régions prioritaires bénéficiaires du Fonds de plaidoyer décentralisé du RESONUT financé par les projets CAP et Pooled Fund 2. Le projet « Faisons de la Nutrition une priorité dans nos actions de développement » de l’APRG, démarré en mars 2020, a pour objectif de susciter la prise en compte de la question de la nutrition dans les plans locaux de développement dans six (6) communes des provinces du Gourma, de la Komondjari et de la Tapoa dans la région de l’Est du Burkina Faso. La spécificité du Projet de mobilisation sociale, de communication et de plaidoyer pour la nutrition dans ladite région, réside dans l’intégration des interventions en matière de nutrition dans le dispositif de la gouvernance locale pour plus d’impact et de durabilité. Plusieurs résultats sont attendus de ce projet. Il s’agit de la prise en compte de la nutrition et d’une ligne budgétaire dans l’élaboration des prochains PCD des six communes cibles du projet ; l’accès et l'utilisation des services de nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant ; l’adoption de bons comportements en matière de nutrition dans les ménages et l’identification de points focaux nutrition pour accompagner les actions d’information et de sensibilisation au sein des communautés. Les collectivités locales des six (6) communes (Diapangou, Diabo, Gayéri, Bartiébougou, Kantchari et Botou) et les communautés des douze (12) villages (Diapangou, Tchiomboado, Diabo, Lorgho, Gayéri, Lonadéni, Bartiébougou, Haanba, Kantchari, Sambaligou, Botou et Partiaga) sont les principales cibles du projet.

#RESONUT