Dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de plaidoyer décentralisée du Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT), dont la vision est de faire « un Burkina exempt de faim et de malnutrition », l’Association KOOM pour l’Autopromotion des Femmes au Burkina Faso (A.K.A.F.E.M/BF), a procédé au lancement officiel des activités de son projet dénommé ‘’Projet Régional de Plaidoyer pour la Promotion de la nutrition (PREPNUT) dans la région du Nord du Burkina Faso’’. C’était le jeudi 14 mai 2020 dans la salle de conférence du conseil régional du nord. Ce projet est financé par les projets Changer Agir Progresser (CAP) et Pooled Fund 2 du RESONUT.

Placé sous la présidence du gouverneur de ladite région, cette cérémonie de lancement a été présidée par madame Salimata DABAL, Secrétaire Générale de la Région du Nord (SGR) et a connu la participation des maires de communes de la province du Yatenga (Yako, Gourcy, Titao, Oula, Séguénèga et Namissiguima), les médecins chefs des districts sanitaires (Yako, Gourcy, Titao et Séguénèga), les directeurs régionaux, provinciaux et chefs de service, les autorités coutumières et religieuses, les représentants du RESONUT, les partenaires techniques et financiers, les organisations de la société civile ainsi que les hommes et femmes des médias.

Dans son mot de bienvenue aux participants à cet atelier de plaidoyer du PREPNUT, madame Nomtondo Madeleine Amsétou OUEDRAOGO, coordonnatrice de l’Association KOOM pour l’Autopromotion des Femmes du Burkina a rappelé que l’objectif de cette rencontre vise le lancement officiel des activités du PREPNUT qui reposera essentiellement sur le plaidoyer auprès des autorités régionales, provinciales et communales, des élus locaux, des leaders coutumiers et religieux pour la prise en compte des questions de nutrition dans les différents plans régionaux et communaux de développement de la région du Nord. Elle a également dépeint dans son allocution le taux de malnutrition qui demeure élevé dans la région du Nord et c’est dans cette perspective que s’inscrit le projet ‘’PREPNUT’’. PREPNUT a but de mener des actions de sensibilisation axées sur l’information, l’éducation et la communication en vue de susciter le changement de comportement des populations de la zone d’intervention du projet. Cet atelier a également servi de cadre pour faire l’état des lieux de la situation nutritionnelle au Burkina Faso et l’incidence de la malnutrition sur le développement socio-économique des populations.

Le communicateur monsieur Bassibila ZOUNGRANA, nutritionniste à la direction régionale de la santé du Nord, dans son exposé après avoir fait l’état des lieux de la situation nutritionnelle au Burkina, a mis en évidence les conséquences de la malnutrition tout au long du cycle de vie des enfants de moins de cinq ans, des femmes allaitantes et celles enceintes. M. ZOUNGRANA a aussi rappelé quelques interventions sensibles à la nutrition telles que l’amélioration, la disponibilité et l’accès à une alimentation saine et diversifiée tout au long de l’année à travers le maraîchage, le petit élevage, les jardins nutritifs (moringa et baobab), le cash for assets pour les femmes, le warrantage, la subvention des prix des produits alimentaires, les coupons alimentaires, les consultations prénatales, les programmes élargis de vaccination, l’accouchement assisté, les consultations postnatales, etc. Toutes ces interventions selon M. ZOUNGRANA contribuent à l’amélioration de l’état nutritionnel des populations, des enfants de moins de cinq ans, des femmes allaitantes et enceintes en particulier.

Cette communication a été une opportunité pour la coordonnatrice qui s’en ai servi pour diffuser des messages clés de plaidoyer auprès des autorités politico-administratives de la région du Nord, des élus locaux, des leaders coutumiers et religieux, etc. pour l’intégration des interventions multisectorielles de nutrition dans les projets, programmes et Plans Communaux de Développement (PCD).

Dans les échanges, les participants ont apprécié les activités que l’Association KOOM mène pour l’autopromotion des femmes du Burkina Faso et en particulier celles sur la nutrition. Prenant la parole, Dr Isabelle OUEDRAOGO, Médecin Chef de District (MCD) du district sanitaire de Yako a souligné que le district bénéficie beaucoup d’appui technique et financier pour mener des activités en faveur de la nutrition. Selon Dr OUEDRAOGO, il faut une approche multisectorielle pour bouter la malnutrition hors du Burkina.

A sa suite madame Kadidja TRAORE, maire de la commune de Gourcy, prenant la parole au nom des maires de la province du Yatenga, a rassuré le RESONUT, la coordonnatrice et l’ensemble des participants que la nutrition a été prise en compte dans les derniers PCD qui ont été élaborés. Elle a fait remarquer que la planification familiale est source de malnutrition et des actions précises ont été inscrites dans les volets éducation, nutrition, et santé. La représentante de la Direction Provinciale des Ressources Animales du Yatenga a pour sa part fait savoir aux participants que leur structure mène des campagnes de sensibilisation auprès des producteurs, des populations à consommer ce qu’ils produisent « Consommons burkinabé et sain », conclut-elle. Par ailleurs, elle a formulé une recommandation qui consiste à accompagner les différentes structures intervenant dans le domaine de la nutrition et surtout pour l’animation des différents cadres de concertation.

En somme, les participants dans leur intervention ont mentionné l’existence de cadres de concertation trimestrielle qui servent de plaidoyer pour l’inscription de la nutrition dans les différents projets et programmes de développement.

Dans son discours de lancement officiel du projet PREPNUT, madame la Secrétaire Générale de la Région (SGR) du Nord, Salimata DABAL, représentant monsieur le gouverneur de la région du Nord a traduit sa gratitude à tous les participants, au RESONUT et a félicité l’Association KOOM qui bénéficie des fonds de plaidoyer CAP et Pooled Fund pour la mise en œuvre d’activités en faveur de la nutrition dans la région du Nord. Madame la SGR a souligné que la mise en œuvre des activités de plaidoyer en faveur de la nutrition requiert la mobilisation et la disponibilité de tous et que l’un des défis majeurs est la prise en compte de la nutrition dans les PCD, c’est aussi l’intégration des questions nutritionnelles dans toutes les actions de développement. Elle a clos ses propos en souhaitant plein succès au projet mettant ainsi fin à l’atelier de lancement officiel du Projet Régional et de plaidoyer pour la Promotion de la Nutrition (PREPNUT) auprès des autorités régionales, provinciales, communales, coutumières et religieuses, des partenaires techniques et financiers.

 

Honoré SOME