Grâce aux vertus de « l’arbre de la vie », le Moringa, Dr Aminata Kaboré, jeune chercheuse à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), est arrivée à démontrer scientifiquement la transformation de l’eau souillée en eau potable. Une manipulation sans produit chimique. Selon plusieurs témoignages, l’eau recueillie facilite la digestion et soigne les constipations. La technologie d’abord testée en laboratoire est en expérimentation dans quatre villages de la province du Sourou. Elle y est appliquée par 80 ménages ayant bénéficié d’un transfert de compétences.

Au Burkina Faso, les résultats de recherches scientifiques, notamment biotechnologiques, ne sont pas tous connus du public. La vedette est tenue par les variétés de riz, le sorgho bio fortifié, le niébé Bt, l’oignon OGM, le sésame amélioré, le coton Bt, etc. Ce sont les moustiques génétiquement modifiés qui sont désormais sur toutes les lèvres.

En témoigne l’actualité nationale ces derniers moments. Mais, de l’eau potable grâce à du Moringa ? L’information sur « cette toute nouvelle biotechnologie », pour emprunter les mots à la promotrice, pourrait sonner faux, à moins que l’on ne s’en laisse conter.

Le nécessaire pour appliquer la technologie

Deux seaux, du charbon concassé, du sable fin et propre, des tourteaux de graines de Moringa et un filtre. C’est le nécessaire pour purifier l’eau souillée du marigot ou du puits. Désormais, à Tougan et environnants, dans la province du Sourou, région de la Boucle du Mouhoun, c’est le nouveau concept de « potabilité de l’eau » qui fait florès. Et cela va sans dire.

Noufou KINDO / Burkina 24

En savoir plus