Dans le cadre du projet Right To Grow (R2G), les Organisations de la Société Civile (OSC), les Organisations à Base Communautaire (OBC) et les médias locaux des régions du Centre, du Centre-Nord, du Nord et de l’Est, ont bénéficié, durant trois jours, d’un renforcement de capacités sur l’analyse, le suivi et le plaidoyer budgétaire en faveur de la nutrition, la sécurité alimentaire et le Wash. L’objectif visé est d’outiller les acteurs, impliqués dans l’approche multisectorielle de la nutrition, pour initier des activités d’analyse et de suivi budgétaire à la base.

Au Burkina Faso, en 2020, les prévalences de la malnutrition aiguë globale (MAG) étaient de 9.1 %, la malnutrition aiguë sévère de 1.0 % et la malnutrition chronique se situe entre 8 % pour la forme sévère et 24.9 % pour la forme modérée. Chez les enfants de moins de 5 ans, on note une insuffisance pondérale de 17.6 % (ENN Smart 2020). Par ailleurs, les carences en micronutriments notamment en Fer, en Iode et en vitamine A persistent chez les groupes vulnérables. Si des efforts appréciables ont été faits ces dernières années par le Burkina Faso en termes d’engagements politiques et financiers pour la nutrition, le rythme d’évolution des différents indicateurs ne garantit pas l’atteinte des cibles de l’Assemblée mondiale de la santé en 2025 et les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030.

Right To Grow ou le droit de grandir (R2G), est un projet qui vise à faire en sorte qu’aucun enfant ne soit malnutri au Burkina Faso. Pour se faire, il s’est donné pour mission de renforcer les capacités des OSC, des communautés en plaidoyer, suivi de la qualité des services nutrition/Wash, suivi budgétaire, etc. dans les régions du Centre, du Centre-Nord, du Nord et de l’Est en particulier.

C’est dans ce cadre que le RESONUT, en tant que partenaire de mise en œuvre dudit projet au compte de Center for Economic Governance and Accountability in Africa (CEGAA), a organisé du 28 au 30 septembre 2021, à Ouagadougou, une formation sur l’Analyse, le suivi et le Plaidoyer budgétaire pour la nutrition, la sécurité alimentaire et le Wash au profit d’une trentaine d’OBC, d’OSC et de médias locaux de quatre régions.

Durant ces trois jours, les participants ont été outillés sur le processus budgétaire de l’Etat et des collectivités territoriales, les techniques d’analyse et d’exploitation des documents budgétaires et le plaidoyer budgétaire. Spécifiquement, il s’est agi pour le formateur, DIOMA Amidou, du Centre d’Information, de Formation, d’Orientation et d’Etudes sur le Budget (CIFOEB), de développer des modules en lien avec les éléments de base du budget, la nomenclature budgétaire, la structure du budget et le cycle budgétaire. Le calendrier budgétaire au niveau national et communal ; les techniques de plaidoyer, les particularités et les temps fort du plaidoyer budgétaire leur ont été enseignés. Enfin ils ont appris à utiliser les méthodes et techniques d’analyse budgétaire pour la nutrition, notamment la nouvelle méthodologie Afrique de l’Ouest.

 

Boukaré OUEDRAOGO, de la coordination régionale des OSC du Centre nord, a laissé entendre que les connaissances acquises lui permettront de mieux comprendre le Budget, lire la part dédiée à la nutrition, interpeller les décideurs à augmenter la part de la nutrition à travers des plaidoyers et ainsi impacter positivement l’état nutritionnel des communautés. Il apprécie positivement le Projet Right du Grow car il est participatif et inclusif des organisations locales.

Le Responsable du Programme Right to Grow à Action contre la Faim, Fréderic ZOUNGRANA, a confié que cette activité permettra aux organisations locales de faire le plaidoyer en faveur de la nutrition pour leurs communautés auprès des décideurs dans les trois régions cibles du projet. 

L’association Intégration, Economique et Sociale de la Femme (IES Femme) à travers le Docteur Bamory OUATTARA avoue que pour faire un plaidoyer pour une meilleure allocation budgétaire, il faut avoir les rudiments nécessaires pour comprendre et analyser un budget, faire des propositions pertinentes et efficientes. C’est ce à quoi cet atelier répond et permettra à son organisation de mieux mener et accroitre ses actions de plaidoyer budgétaire pour la nutrition.

Pour Dieudonné LANKOANDE, Coordinateur National du RESONUT, le combat contre la malnutrition est un combat  commun et les  actions de tous les  acteurs sont nécessaires pour venir à bout de ce fléau. Il a ajouté que le plaidoyer  ne peut se faire sans évidences et la  formation  permettra aux  participants de mieux en produire. Il a, par ailleurs, souhaité que tous les  participants puissent mener ce plaidoyer dans  leurs communautés.  

R2G est un projet de cinq ans qui couvre six (6) pays à travers le monde : le Burkina Faso, le Mali, l’Ouganda, l’Ethiopie, le Sud Soudan et le  Bengladesh. Au niveau du Burkina Faso, quatre (4) ONGs pilotent cet ambitieux projet de plaidoyer. Ce sont The Hunger Project (THP), Action contre la Faim, Center for Economic Governance and Accountability in Africa (CEGAA) et Save The Children (SCI), chef de fil de l’Alliance. Le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT) et l’Association Monde Rural (AMR) sont des partenaires de mise en œuvre.

 

Youmali Koanari