La commune de Ouessa dans la province du Ioba s’engage.

Dans le cadre de ses activités décentralisées, le RESONUT accompagne Varena Asso dans la mise en œuvre du projet intitulé « Projet d’Appui à la Valorisation des Mets et des Produits locaux dans la lutte contre la Malnutrition, et le Plaidoyer dans le Sud-Ouest (PAVAMP - SO) ». Le lundi 27 juillet 2020, l’association a organisé une marche pacifique pour remettre une lettre d’interpellation aux premiers responsables de la commune de Ouessa.

Toute la nuit du dimanche 26 au lundi 27 juillet 2020 une forte pluie s’est abattue sur Dissin et environnant ainsi que la commune de Ouessa, frontalière avec le Ghana. La marche qui était prévue pour 9h a été perturbée. La grande mobilisation attendue n’était pas au rendez-vous car les braves paysans ont pris d’assaut les champs. C’est à 10h que la mobilisation débute avec l’arrivée de quelques participants. Venu de Ouessa et de quelques villages environnants, la marche peut débuter. Il est 11 heures et une trentaine de personne est mobilisée.  Avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire entre autres « Tous ensemble, agissons pour le renforcement de la nutrition » ou encore « Mobilisons-nous pour l’amélioration de l’Etat nutritionnel des populations dans la commune », les marcheurs sont partis du CSPS à la mairie soit environ 200 mètres.

Les marcheurs ont été reçu à l’entrée de la mairie par le premier adjoint de la commune, HIEN Mahotan. Après les salutations d’usage et la lecture du mot des marcheurs, le premier adjoint au maire de Ouessa a reçu le pli contenant le message pour le maire. En retour, il s’est dit très honoré ainsi que le conseil municipal de recevoir les marcheurs. Pour le premier adjoint au maire de la commune de Ouessa, le conseil municipal est conscient de l’ampleur de la malnutrition dans son ressort territorial et le maire en personne prend cette question à bras le corps. Promesse a été faite que la question de la malnutrition dans la commune de Ouessa sera prise en compte dans l’élaboration du Plan Communal de Développement (PCD). Satisfait du devoir accompli, les marcheurs avec à leur tête Joseph Marie DABIRE, chef de projet à Varena Asso ont rejoint leur base avant leur démobilisation.

En sommes, dans la commune de Ouessa, les lignes bougent et vont bouger davantage avec ces différentes actions menées.

 

Selon HIEN Mahotan, premier adjoint au maire de Ouessa,

« La commune de Ouessa connaît un taux élevé de malnutrition et cette marche pacifique en faveur de la nutrition organisée par Varena Asso, vient à point nommé en ce sens que nous sommes interpellés non seulement au sein du conseil municipal mais aussi au niveau de la population. C’est une invite à toutes les entités sociales à prendre à bras le corps le phénomène pour qu’ensemble tous engagés nous puissions vaincre la malnutrition pour garantir un avenir meilleur à nos enfants.

C’est un paradoxe que l’on relève parce qu’au Sud-Ouest nous produisons beaucoup, nous avons tout à notre disposition, la nature nous a favorisé, la pluviométrie est abondante de manière générale et cela nous donne l’occasion de réaliser de bonnes récoltes mais chose curieuse les gens préfèrent vendre les céréales au lieu de les consommer en particulier les produits les plus nutritifs. L’objectif de cette marche est d’attirer l’attention du conseil municipal à s’impliquer dans la sensibilisation des populations et surtout à prendre en compte la nutrition dans l’élaboration du PCD en cours. C’est en tout cas un engagement du maire ».

 

Joseph Marie DABIRE, chef de projet à l’association Varena Asso, explique les raisons d’être d’une telle initiative.

« Cette activité de marche pacifique s’inscrit dans le cadre de la réalisation des activités de plaidoyer décentralisé du RESONUT que Varena Asso assure à travers la mise en œuvre de son projet de promotion des produits et mets locaux dans la province du Ioba. Il était prévu un plaidoyer et une marche pour appuyer ce plaidoyer. C’est ce que nous venons de faire et le plaidoyer a été réalisé il y a deux semaines. Le conseil municipal après le plaidoyer avait déjà pris les engagements qu’il vient de renouveler. L’objectif de la marche est atteint. Le message du premier adjoint au maire est intéressant et il va dans le sens voulu. Comme il l’a souligné dans son message, tout le monde est concerné et cette marche a été l’occasion d’interpellation non seulement du conseil municipal pour l’inscription de la nutrition dans le PCD mais également une journée de sensibilisation des populations sur la recrudescence de la malnutrition dans la province du Ioba. Il nous appartient de suivre l’élaboration du PCD, d’attirer chaque fois l’attention du conseil municipal et de veiller à ce que la nutrition soit effectivement inscrite dans le PCD. Varena Asso sera la cellule de veille citoyenne pour suivre l’évolution de l’élaboration du PCD.

Je suis satisfait de la mobilisation. Avec la pluie de la veille, il était certain que beaucoup allait rejoindre leurs champs, nous n’avons donc pas eu un grand nombre de personne mais les représentants des différents villages à cette marche nous a permis de véhiculer le message à l’endroit du conseil municipal.

Les actions à venir ! L’immédiat c’est de suivre d’abord cette activité mais la suite est de continuer la sensibilisation comme cela se fait dans les villages. Si la mairie parvient à inscrire la nutrition dans le PCD, nous allons utiliser ces fonds pour poursuivre la sensibilisation hors projet.

Émérite SOMDA, animatrice à Varena Asso

« Pour la mobilisation nous avons passé les messages à travers les ASBC (Agents de santé à base communautaire). Je suis passée de concession en concession pour informer les gens de la nécessité de sortir pour porter le message au maire. La population a adhéré mais la pluie qui est tombée juste la veille de la marche n’a pas facilité les choses. Néanmoins, je suis satisfaite de la mobilisation car les participants venus des villages étaient assez représentatifs. Je suis convaincue que le conseil municipal va inscrire la question de la nutrition dans le PCD après notre plaidoyer de ce matin. Le  maire a insisté pour qu’elle soit inscrite dans le plan de la commune et j’ai foi il le fera ».

 

Ibrahim Bayili