Dans le cadre du Projet Right To Grow-R2G (Droit de grandir) le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT) a organisé du 12 au 15 avril 2022 à Kaya et à Boulsa, un atelier d’information et de formation au profit des membres des clubs de jeunes leaders, des groupes d'apprentissage et de suivi des pratiques d'alimentation du nourrisson et du jeune enfant (GASPA), des groupes de Micro Entreprises Familiales (MEF) et des femmes du conseil provincial/communal sur les bonnes pratiques nutritionnelles, alimentaires  et WASH . L’objectif recherché est de contribuer à changer les mentalités et les pratiques alimentaire et d’hygiène des communautés et favoriser ainsi l’atteinte des cibles de l’assemblée mondiale de la santé en 2025 et les Objectifs du Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030.

Au cours de cette activité, initiée par le RESONUT en collaboration avec Save the Children International (SCI), il a été question de partager avec la cinquantaine de participants la situation alimentaire et nutritionnelle de la région du Centre Nord; le cadre conceptuel de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ; le système d’alerte précoce, les actions essentielles en matière d’hygiène, les bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles ainsi que l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE).

Les connaissances de ces acteurs locaux et communautaires ont pu ainsi être améliorées. Ils sont désormais outillés pour adopter les bonnes pratiques nutritionnelles et alimentaires surtout pour les nourrissons. Les communautés à la base bénéficieront également de leur appui pour l’adoption des règles d’hygiène et d’assainissement. La malnutrition des enfants, sa prise en charge communautaire et hospitalière n’est plus un .

Ouédraogo Clarisse Léocadie, coordonnatrice provinciale des femmes du Namentenga (chef-lieu Boulsa), affirme avoir mieux pris connaissance de l’état nutritionnelle et alimentaire actuelle de la région, des bonnes pratiques nutritionnelles et d’hygiène du nourrisson et du jeune enfant à travers l’utilisation des aliments locaux,  accessibles à la population. Elle s’engage à transmettre ses nouvelles connaissances à ses proches et surtout aux autres femmes de la province pour d’avantage éveiller les consciences sur la malnutrition. Elle termine son propos en appréciant cette initiative du programme Right to Grow à sa juste valeur.

Awa Ouédraogo, de l’Association des femmes pour l’éducation, la solidarité, la santé et le développement de Kaya, pour sa part, dit avoir accueilli positivement cette session de renforcement de capacités car elle a acquéri beaucoup de connaissances sur les causes, manifestations et conséquences de la malnutrition. Elle a désormais de plus amples informations sur la situation nutritionnelle et alimentaire de la province du Sanmatenga liée notamment à la situation sécuritaire,  la conjoncture alimentaire et la crise humanitaire.  Le plus important pour elle c’est la valorisation des produits locaux. Elle se confie en ces termes : « nous avons appris des techniques simples que nous pouvons mettre en pratique pour améliorer la santé notamment avec nos mets et produits locaux disponibles et accessibles. Nous allons partager ces connaissances à d’autres femmes afin que nous puissions ensemble lutter contre la faim et la malnutrition dans le Sanmatenga ».

Ces sessions du programme R2G sont des actions importante, pertinente et à encourager. Ellesse sont achevées sur une note de satisfecit pour les deux facilitateurs au regard du niveau de participation et de l’intérêts des participants sur les thématiques abordées.

 Pour, Emeline OUEDRAOGO du bureau Action Consulting, et Auguste BATIONO de SCI, ces sessions viennent à point nommé.En effet, il est ressorti que courant avril-mai, la province du Sanmatenga est en situation de crise alimentaire tandis que les provinces du Bam et du Namentenga sont sous pression alimentaire selon le cadre intégré de classification de la situation alimentaire. Aussi les projections des mois d’août et de septembre, laisse percevoir que les provinces du Bam et du Namentenga basculeront en phase de crise alimentaire. D’où la nécessité d’intervenir dans le sens de l’amélioration de la situation dans la région.

Cette activité se veut une contribution du consortium R2G au changement des mentalités et des pratiques des communautés en matière de nutrition, d’alimentation et de WASH dans la région du Centre-nord.