+226 25 36 83 36 secretariat@resonut.org

Etudes & analyses

Notre engagement dans la lutte contre la malnutrition nous pousse à approfondir continuellement nos connaissances et à partager des insights pertinents sur les enjeux nutritionnels au Burkina Faso et au-delà.

Notre Approche

Au RESONUT, nous croyons que des données fiables et des analyses approfondies sont cruciales pour élaborer des stratégies efficaces de lutte contre la malnutrition. C’est pourquoi nous nous engageons à :

N

Collecter des données pertinentes

sur la nutrition, les pratiques alimentaires et les déterminants sociaux de la santé.

N

Réaliser des études

Pour comprendre les tendances, les défis et les opportunités dans le domaine de la nutrition.

N

Analyser les politiques publiques

Pour évaluer leur impact sur la nutrition et recommander des améliorations.

N

Partager nos découvertes

Avec les décideurs, les partenaires, et la communauté au large pour informer et orienter l’action collective.

Nos Publications

Notre section de publications offre un accès à une riche bibliothèque de ressources, incluan

N

Rapports d'étude

Des analyses détaillées sur divers aspects de la nutrition, des études de cas sur des interventions réussies, et des évaluations de politiques publiques.

N

Bulletins d'information

Des mises à jour régulières sur les dernières recherches, les données émergentes, et les actualités dans le domaine de la nutrition.

N

Guides et outils pratiques

Des ressources conçues pour aider les acteurs de terrain à améliorer les pratiques nutritionnelles au sein des communautés.

En Bref

L’analyse budgétaire des financements des Partenaires techniques et financiers (PTF) en faveur de la nutrition au Burkina Faso sur la période 2016-2018 a été initiée par le Réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT), avec le soutien de ses partenaires. Elle répond à la volonté des acteurs du secteur de pouvoir estimer les montants des décaissements des PTF en faveur des interventions « sensibles » et « spécifiques » à la nutrition telles que définies par la revue Lancet de 2013.

L’étude permettra de disposer de données budgétaires fiables pour prioriser, planifier et pour éclairer les décisions et stratégies d’allocations en direction du secteur de la nutrition.

La présente analyse budgétaire des financements des PTF en faveur de la nutrition au Burkina Faso a été conduite suivant la méthodologie Afrique de l’Ouest de suivi du financement de la nutrition qui est calquée sur l’approche en trois étapes développées par le réseau Scaling Up Nutrition (SUN) à savoir :

– (i) l’identification des lignes budgétaires des dépenses pro-nutrition,

– (ii) la catégorisation en dépenses spécifiques ou sensibles à la nutrition et

– (iii) la pondération des catégories de dépenses identifiées selon leur degré de liaison avec la nutrition.

En Bref

L’analyse 2020 des financements endogènes en faveur de la nutrition au niveau des deux (02) communes à statut particulier du Burkina Faso (Ouagadougou et Bobo-Dioulasso) a été initiée par le Réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT), avec le soutien de ses partenaires. Elle vise essentiellement à faire l’état des lieux de ces financements en vue d’en identifier les sources, les secteurs porteurs, les forces, les faiblesses, les opportunités, les menaces, etc.

Les travaux ont été conduits suivant une approche participative qui s’inscrit dans le cadre général de la méthodologie Afrique de l’Ouest de suivi du financement de la nutrition. L’approche d’analyse a été d’opérer une restructuration des résultats attendus en deux (02) principales composantes : (i) Diagnostic des financements endogènes de la nutrition et (ii) Analyse budgétaire des financements endogènes.

Le diagnostic a couvert quatre (04) piliers, à savoir (1) la revue des principales sources de financements endogènes ; (2) la revue des secteurs porteurs aux financements endogènes ; (3) la revue des FFOM en matière de financements endogènes, et (4) la revue du cadre institutionnel (dispositif, acteurs) des financements endogènes.

Quant à l’analyse budgétaire, elle part de (a) l’identification des lignes budgétaires des dépenses pro-nutrition, (b) la catégorisation en dépenses spécifiques ou sensibles à la nutrition et (c) la pondération des catégories de dépenses identifiées selon leur degré de liaison avec la nutrition.

En Bref

La présente étude a pour objectif d’évaluer les mécanismes de coordinations des programmes multisectoriels au Burkina Faso et dans la sous-région, afin de proposer un modèle d’ancrage institutionnel adapté pour la nutrition au Burkina Faso.
Il s’est agi d’une étude basée sur la revue documentaire et une enquête de terrain effectuée du 1er au 28 février 2017. Un échantillon raisonné des organes institutionnels ayant un mécanisme de coordination à caractère multisectoriel ont été retenus pour l’étude. Nous avons réalisé des entretiens de groupe (focus), un entretien d’experts ainsi que des entretiens individuels approfondis. Ces éléments ont été également renforcés par la recherche documentaire et la revue bibliographique dans le domaine de la nutrition au Burkina Faso et dans les pays concernés. Les principaux facteurs qui limitent la fonctionnalité des mécanismes de coordination multisectorielle ont été :
Le degré d’implication des personnes ressources des secteurs concernés. Lorsque les premiers responsables sont sensibilisés et engagés, ils s’impliquent mieux dans le fonctionnement des mécanismes de coordination et donnent une bonne impulsion à suivre.

En Bref

La sécurité alimentaire et nutritionnelle a toujours été au cœur des préoccupations des gouvernements au Burkina Faso. D’énormes efforts ont été consentis en vue de protéger les populations contre les situations de vulnérabilité vécues face à l’instabilité des productions alimentaires à tous les niveaux. C’est ainsi que des programmes de soutien à la production ont été élaborés et mis en œuvre depuis de nombreuses années de même que des dispositifs de coordination de la sécurité alimentaire ont été mis en place pour une gouvernance performante de ce domaine. Toutefois, malgré ces efforts déployés, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle demeure une préoccupation majeure au Burkina Faso, en témoigne la récurrence des chocs (l’indisponibilité et l’inaccessibilité de denrées alimentaires, la non stabilité des approvisionnements etc.) auxquels restent confrontées de nombreuses populations vulnérables.

Le constat empirique sur le terrain fait ressortir que la majorité des personnes souffrant de malnutrition au Burkina Faso sont des femmes enceintes et allaitantes, et des enfants de moins de cinq ans vivant en milieu rural. Ces inégalités s’expliquaient principalement par les difficultés d’accès aux services de santé et les pratiques alimentaires archaïques et inadéquates. Fort de ce constat, le gouvernement burkinabè s’est engagé sur le nouvel agenda mondial pour le développement consacré par les Objectifs de Développement Durable (ODD) pour lesquels les recommandations formulées dans ce document visent l’atteinte de son deuxième objectif (ODD2) qui prône « l’élimination de la faim, l’atteinte de la sécurité alimentaire et la promotion d’une agriculture durable », d’ici 2030.

En Bref

Aujourd’hui, la malnutrition est un problème de santé publique qui contribue négativement au développement en général. La lutte contre ce fléau a été entreprise depuis des années, mais il demeure encore. Pour faire face à ce problème, il est nécessaire de mettre les responsables en charge du bien-être de la population, les acteurs, donateurs du domaine de la nutrition face à leur responsabilité. Ainsi, la redevabilité qui est un moyen de rendre compte des engagements entre gouvernement, acteurs, donateurs, société civile et bénéficiaires est important pour le succès des programmes nutritionnels. Pour ce faire, une étude sur les mécanismes de redevabilité existants et leur fonctionnalité au Burkina Faso est importante et cela contribuera au succès de la lutte contre la malnutrition.

Le but de cette étude est de faire une analyse critique des mécanismes de redevabilité des programmes multisectoriels ou transversaux (nutrition, genre, VIH/SIDA) au Burkina Faso. Cette analyse permettra de promouvoir et/ou renforcer la redevabilité des acteurs de la nutrition dans la gestion de la nutrition.
Pour mener cette étude, 7 structures publiques/privées oeuvrant dans le domaine de la nutrition, genre et VIH/SIDA au Burkina Faso ont été choisies et un entretien a été effectué à leur endroit. En plus, des documentations disponibles sur les mécanismes de redevabilité ont été exploitées dans le cadre de l’étude.

En Bref

La présente étude constitue une opportunité pour appréhender et analyser les efforts entrepris par l’Etat en matière de nutrition. Elle fait donc le point des engagements politiques, juridiques et économiques du Burkina Faso et essaie d’apprécier leur niveau de mise en oeuvre.
Question transversale avec des données peu capitalisées, on pouvait s’attendre à des difficultés pour rassembler les données pertinentes et procéder à une analyse convenable. Outre cette difficulté, la disponibilité des personnes ressources dans cette période de vacances dans la plupart des organisations internationales et non gouvernementales, rendait la tâche plus lourde. Malgré ces difficultés, les données collectées permettent de relever que le Burkina Faso fonde ses engagements sur ceux pris aux niveaux international et régional à travers les diverses conférences ainsi que les résolutions des Nations Unies.
Concernant les engagements financiers, les déclarations d’Abuja et FANUS qui invitent les Etats à accorder respectivement 15% des budgets nationaux à la santé et 3% de leurs budgets sectoriels à la nutrition, constituent les principales orientations. Le Burkina ayant pris part aux conférences ayant adopté lesdites déclarations, celles-ci lui sont applicables.
Il convient de souligner aussi les engagements importants issus de la Stratégie Régionale Africaine de Nutrition (ARNS), du Pacte mondial en faveur de la nutrition pour la croissance (N4G) et des conclusions de la conférence ICN2 (International Conférence for Nutrition).

 

En Bref

La réduction de la malnutrition est reconnue comme une priorité mondiale, consacréecomme un des Objectifs clés du Développement Durable (ODD). Cependant, malgréun engagement mondial soutenu, les avancées sur la voie de la réalisation des ODD,notamment la réduction de la malnutrition, restent en deçà des attentes.Au Burkina Faso comme dans la plupart des pays sahéliens, la malnutrition demeure un
problème majeur de santé et de développement. Face à cette situation, le gouvernements’est engagé depuis près d’une décennie à renforcer les interventions dans le secteur de la
santé et en particulier le secteur de la nutrition.

En dépit de ces engagements et des actions déjà entreprises, le problème de la malnutritionreste toujours entier. En 2015, la prévalence de la malnutrition aigüe et chronique se situaientrespectivement à 11,0% et 30,2% avec des disparités géographiques importantes dépassantles seuils d’alerte de l’Organisation Mondiale de la Santé (MS, 2016). La malnutrition acontribué à environ 28 800 décès d’enfants au Burkina Faso en 2015 (UNICEF, 2015).
Pour inverser cette tendance, la nécessité d’une plus grande intervention en faveur de la nutrition s’impose.

En Bref

«L’analyse des allocations budgétaires des partenaires techniques et financiers (PTF) en faveur des interventions spécifiques et sensibles à la nutrition au Burkina Faso en 2014 et 2015 » a été une étude commanditée par le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT), présidé par l’ONG humanitaire Action Contre la Faim (ACF), Mission Burkina Faso.

Cette étude est destinée à alimenter le Plaidoyer, à travers un dialogue avec les PTF, sur les manières d’augmenter les ressources en faveur de nutrition.
Dans cette dynamique, le présent rapport a pour objectif général d’analyser les allocations/décaissements des PTF aux interventions sensibles et spécifiques à la
nutrition au Burkina Faso, telles que définies par la revue Lancet de 2013. Les premiers travaux de cette étude ont démarré en juin 2016. Un atelier de cadrage
et d’amendement de la méthodologie s’est tenu à la fin du mois de juillet 2016 avec le comité de suivi de l’étude.
Par la suite, des outils de collecte de données, validés par le comité technique de suivi de l’étude, ont servi à la collecte de données auprès de la Direction Générale de la Coopération (DGCOOP) et des PTF.
La méthodologie d’estimation des décaissements des PTF proposée par la mission s’est inspirée de la méthodologie révisée du SUN à trois étapes : (i) identification, (ii) classification et (iii) pondération (Fracassi et Picanyol, 2016). L’identification et la classification des projets et programmes ont été facilitées par l’existence au Burkina Faso d’un Cadre Commun des Résultats de la Nutrition (CCRN). Ce cadre a permis de lister un total de 21 interventions sensibles et 5 interventions spécifiques à la nutrition.

En Bref

L’étude sur «l’analyse des allocations budgétaires et les dépenses du gouvernement pour les interventions spécifiques et sensibles à la nutrition » a été commanditée par le Réseau de la Société civile pour la Nutrition (RESONUT), présidé par l’ONG
humanitaire Action Contre la Faim (ACF), Mission Burkina Faso.
Cette étude est destinée à alimenter le Plaidoyer « Engagements du Burkina Faso pour la Nutrition Rio 2016 », à travers un dialogue avec les autorités publiques sur les manières d’augmenter l’efficacité, l’équité et l’efficience des dépenses publiques
en matière de nutrition.
Poursuivant cette ambition, l’objectif général assigné à l’étude a été de déterminer le montant des fonds alloués et dépensés pour les interventions spécifiques et sensibles à la nutrition, telles que définies par la revue Lancet de 2013.