+226 25 36 83 36 secretariat@resonut.org

LA PLATEFORME NATIONALE D’INFORMATION POUR LA NUTRITION (PNIN) VOIT LE JOUR

Le Ministère de la santé, en partenariat avec l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), a procédé au lancement officiel de la « Plateformes Nationales d’Information pour la Nutrition (PNIN) », le lundi 21 janvier 2019. La PNIN se veut un outil qui facilitera l’analyse des données disponibles sur les investissements, les programmes et les résultats en lien avec la nutrition afin de stimuler le dialogue politique et éclairer les décisions stratégiques.

La malnutrition est une véritable préoccupation nationale comme le démontre l’implication du Président du Faso dans plusieurs plateformes de plaidoyer en faveur de la nutrition (initiative African Leaders for Nutrition (ALN), Mécanisme mondial de financement (GFF), etc.).

Cet engagement du Chef de l’Etat se traduit par la mise en œuvre de projets et programmes visant à atteindre les seuils internationaux recommandés en matière de lutte contre la malnutrition. Cela passe nécessairement par une urgence dans de la collecte de données afin de prioriser et de mettre à l’échelle les interventions spécifiques et sensibles à la nutrition. D’où la PNIN dont l’objectif est de « renforcer les capacités d’analyse des données pour évaluer les progrès, informer les politiques et améliorer les programmes en matière de nutrition ».

Lancée officiellement le lundi 21 janvier 2019, la PNIN est financée à hauteur de 1 092 729 000 F CFA par l’Union Européenne, le Département du développement international (DFID) du Royaume-Uni et la Fondation Bill et Melinda Gates, pour une durée de 56 mois (5ans). L’initiative vise à soutenir les pays partenaires de l’Union européenne et participant au mouvement Scaling Up Nutrition (SUN) – dont le Burkina Faso y a adhéré depuis 2011 – fortement touchés par la malnutrition sous toutes ses formes. En plus du Burkina Faso, le Bangladesh, la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie, le Guatemala, le Kenya, le Laos, le Niger, l’Ouganda et la Zambie sont les pays qui en bénéficient.

Vue d’ensemble des participants à la cérémonie de lancement

Dans chaque pays, elle est abritée par une structure experte dans la collecte et le traitement des données. Pour le Burkina Faso, c’est l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) qui a été retenu pour accueillir la plateforme et en assurer la pérennité au compte du pays. En son sein, l’INSD a créé un département spécial dédié à la plateforme.

Le Réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT) voit d’un bon œil la mise en route de la PNIN. Pour ce réseau, la plateforme sera un concentré fiable de données nutritionnelles sur laquelle il pourrait compter pour notamment enrichir son plaidoyer pour la nutrition. Par ailleurs, la PNIN, d’ici la fin de sa mise en œuvre sera également un autre canal national de diffusion et de partage des évidences que le RESONUT aurait déjà produites et celles qui suivront. Il semble impérieux d’ores et déjà que l’Etat, à travers le ministère de la santé, anticipe sur la pérennisation de la PNIN au-delà de sa période de mise en œuvre afin d’alimenter régulièrement et conséquemment la plateforme. Car la malnutrition sévit au Burkina Faso malgré les actions conjuguées de l’Etat et des autres acteurs de nutrition (ONG/ Associations de développement, société civile, secteurs privé et académique, parlementaires, Nations Unies et donateurs divers) à travers les différents projets et programmes mis en œuvre. En effet, au Burkina Faso, en 2017, les prévalences de l’insuffisance pondérale, de la malnutrition aigüe et de la malnutrition chronique sont respectivement de 16,2%, 8,6% et 21,2% chez les enfants de moins de cinq ans avec dans certaines zones des seuils au-delà du seuil d’alerte de 10% (norme OMS). Cela va contribuer sans nul doute à la réalisation du vœu le plus cher de tous les acteurs, y compris le RESONUT dont la vision est de participer à « faire du Burkina Faso un pays exempt de faim et de malnutrition ».

 ***

Abdoulaye MAIGA

Action contre la Faim

RESONUT